«

»

Mar 23

LA FRANCOPHONIE, UN ACCÉLÉRATEUR DE L’ENTREPRENEURIAT

Hormis le fait d’avoir marqué le retour de Madagascar dans le concert des nations, la présidence de la Francophonie a également eu pour Madagascar, des retombées économiques, notamment grâce à la mise en place de structures promotrices de l’entrepreneuriat. C’est ce qui a été dit lors de la célébration de la journée de la Francophonie ce 20 mars au « cérémonial building » du palais d’ Etat d’ Iavoloha.

  Il s’agit de l’ «Agence Malagasy de Développement économique et de Promotion d’entreprises» (AMDP), d’ «Incubons »et « entrepreneuriat chez les femmes », qui ont pour vocation la création d’emplois par la création d’entreprises.

Le Centre d’Application de Développement Intégré (CADI) ou Kitro Ifaharan’ny Asa sy Dingana Iombonana (KIADY), initié par l’AMDP, compte actuellement une trentaine de jeunes entrepreneurs en phase d’incubation et une deuxième promotion en phase de terminer leurs trois mois de formation. Ils sont y sont formés puis accompagnés sur les plans financier, technologique, matériel et foncier ainsi que sur l’accès aux marchés, lors de la création de leur entreprise.La création d’au moins une soixantaine de nouveaux emplois est donc attendue sur le marché du travail, six cent si chacun des jeunes entrepreneurs employait neuf personnes.

Facilitation des échanges

En plus de la création d’emplois, la Francophonie facilite également les échanges, les rencontres, le réseautage et le partage entre les entrepreneurs issus des pays membres de la communauté.

Les Sud-Coréens ont même affirmé que leur adhésion à la Francophonie représentait une grande force pour eux. Aujourd’hui, Madagascar préside une communauté de 84 pays, qui en attire de plus en plus d’autres, dont deux États des États-Unis.

Il convient de noter que 32% des Malagasy utilisent la langue française plus ou moins couramment. Dans le domaine des affaires, c’est le français qui est le plus utilisé, représentant 90% des documents qui circulent. De même, dans la fonction publique, le français est utilisé à 90%.